Double Dorjé - sct.: Vishvavajra - tib.: Dorjé Gyatram
Deuxième Noble Vérité
L'Origine de la Souffrance
Double Dorjé - sct.: Vishvavajra - tib.: Dorjé Gyatram

On a bien compris que les agrégats sont une production en dépendance de multiples facteurs. Il semble donc impossible qu'il n'y ait pas de cause; pas possible non plus qu'il n'y ait qu'une cause unique à ces multiples résultats. On ne peut donc considérer qu'un Dieu soit à l'origine de tout, ni que cette origine soit de nature permanente.

La philosophie bouddhiste explique que ce sont les Douze liens interdépendants qui sont à l'origine de la souffrance et du cycle des renaissances conditionnées.

On peut voir, en effet, que les souffrances sont causées par les passions, l'attachement, et toutes les conséquences négatives que nous avons créées au cours de nos vies par le biais des Dix actions non vertueuses et des six facteurs perturbateurs de base.

Comme leur nom l'indique, ces facteurs perturbateur sont à la base de la production des perturbations mentales, de nos attitudes négatives et des karmas négatifs. Ces six facteurs sont les suivants:

  • l'Attachement, ou attrait vis à vis de personnes ou de phénomènes qu'on trouve agréables, créant ainsi la difficulté à s'en séparer;

  • l'Aversion vis à vis de personnes qui nous déplaisent ou de tout facteur de souffrance ou de désagrément, nous amenant à les rejeter sans se poser de questions;

  • l'Orgueil, la haute idée de soi-même, qui fait qu'on croit notre bonheur plus important que celui des autres;

  • l'Ignorance, qui est de ne pas comprendre les phénomènes purs ou impurs ou de les concevoir de manière erronée, servant ainsi de base aux autres facteurs perturbateurs;

  • le Doute, qui nous maintient dans l'incertitude et nous empêche de nous engager dans des activités vertueuses;

  • et les cinq vues erronées:
    • la saisie du soi en considérant les agrégats;

    • les vues extrêmes, éternalisme et nihilisme;

    • les vues laissant la prééminence aux vues mauvaises et aux agrégats;

    • les vues retenant de fausses éthiques et observances comme bases de purification;

    • les vues fausses niant ce qui existe et soutenant ce qui n'existe pas.

    On peut finalement se demander pourquoi le Bouddha expliqua la souffrance avant son origine. C'est simplement qu'il est plus facile d'appréhender l'origine lorsqu'on connaît bien le résultat. Vous comprenez mieux l'utilisation d'un moteur quand vous l'avez vu fonctionner pendant quelques temps...

    Quand on a pris conscience de la souffrance dans laquelle on évolue, et qu'on a réfléchi à son origine, on réalise qu'il peut y avoir cessation de la souffrance.



    Centre Paramita.


  • Imprimer cette page              Fermer la Fenêtre



    Om Mani Pémé Houng - Om Mani Padmé Hûm

    © Copyright 2004-12 . Tous Droits Réservés